3426300082558_600

YOTANGOR

we speak

Brennus Music

8/10


S'il y a bien quelquechose que j'apprécie chez certains groupes, c'est quand ils savent tirer leur épingle du jeu en nous offrant une identité qui leur est propre : c'est le cas, je pense, pour Yotangor, mélangeant ainsi sonorités symphoniques et riffs hard-rock 80's.

Aprés un premier opus "King of The Universe", sorti en digipack doucble cd (un pari osé pour un jeune groupe !!), les toulousains contunent sur leur lancée avec "We Speak", toujours en digipack svp !! Contrairement à son prédécesseur, "We Speak" ne raconte pas l'histoire d'un souverain rachetant ses fautes mais se penche sur les problèmes de notre société actuelle, rien de vraiment trés original dans le sujet

Quand je parle de riffs hard-rock 80's, je parle d'hard-rock 80's fm. Comme tout un chacun le sait, le groupe aspire à toucher un public large alors ne vous attendez pas à un hard-rock détonnant où un chanteur hurle ses aïgüs dans un micro à s'en faire péter la braguette, mais plutôt à un hard-rock calme, posé, bien structuré et symphonique.

Mais parlons un peu de cet album "We Speak" : quand on écoute Yotangor, on sait qu'on écoute Yotangor !! Jean-Guy reste fidèle à lui même dans ses compositions, mais c'est le mixage qui fait toute la différence. Contrairement à "King of the Universe", les choeurs et la partie symphonique sont (enfin!!) mis en avant, ce qui donne une cretaine puissance à l'album. Le son de la batterie a lui aussi trouvé meilleure place avec un Tony Marcos toujours aussi motivé. La guitare est donc mise sur un pied d'égalité sonore avec le reste des instruments, néanmoins Vincent reste l'un des piliers et talents du groupe. Note à part : Vincent fait parti de ces guitaristes qui je pense n'ont plus rien à prouver à personne. On remarquera cette fois-ci des choeurs plus en accord avec la voix de la chanteuse (exception faite sur la chanson We Speak for the Voiceless.... we spiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiik.... T T). Je note aussi que Melle Allières a travaillé sa voix différement que sur l'album précédent, un bon et mauvais point à la fois : une légère agressivité dans la voix qui vient soutenir le côté hard-rock du groupe mais aussi des notes qui sonnent étranges à mon oreille comme dans la chanson Eyes On.

Un petit plus pour le groupe : enfin une pochette lisible !! L'artwork du cd donne envie  d'ouvrir et de découvrir ce que peut cacher un nom aussi mystique que Yotangor.

Pour résumer, un 2e album au dessus de son prédecesseur qui ravira les fans de Delain.

Alx